#1076

Wulfila
Participant

Ma réponse à Taz :

 

Bienvenu Messire,


Que c’est distrayant ! Ainsi il commence donc à appeler à l’aide d’autres nations ! C’est qu’il commencerait à prendre conscience de sa condition ce barbare !

Pendant que nous deux devons composer chacun avec 2 à 4 voisins, lui ne doit composer qu’avec moi. Il dispose de tout l’espace disponible à l’Ouest et au Sud-ouest de sa position pour s’étendre. Son nord semble être composé de toundra et son dev à l’Est limité par Auckland. Toutefois, il est certain qu’il aura accès à la mer.

Que ce soit avec les Pays-Bas ou avec vous, j’ai pris le temps de négocier des frontières acceptables pour nos deux nations. La Perse reste pour le moment non contacté par mes troupes et il ne semble pas non plus vouloir bouger. Dans tous les cas je viens tout juste de fonder ma dernière ville sur nos frontières communes. Il aura l’espace suffisant pour fonder lui aussi des villes tampons.

La question chinoise est simple, il n’a que deux règles à respecter pour que nous vivions en paix :

-Ne pas envoyer de gouverneur à Zanzibar. Les émissaires sont bienvenus à condition de ne pas m’y disputer la suzeraineté (règle valable pour tout le monde). Je me suis engagé auprès de lui à ne pas lui disputer la suzeraineté d’Auckland.

-Respecter les frontières que je lui impose qui lui laisse la possibilité de fonder des villes tampons avec les miennes.

Pour résumer, il fera avec les frontières que je lui impose, je n’ai pas été gourmand. Si je voulais vraiment la guerre pourquoi les troupes levées à Zanzibar il y a trois tours se dirigent dans une direction opposée à ses terres alors qu’il est une cible si fragile et facile ?
J’ai toujours été clair avec lui, je ne négocierais pas. Entre nous, pour négocier, il faut avoir des atouts il n’en n’a aucun dans sa manche sauf celui d’user rapidement ma patience…

J’ai vu que vous venez de refuser le marché que je vous avais proposé, je le comprend tout à fait. L’or est si précieux ! Sachez toutefois qu’il y a peu de chance que votre unité puisse passer entre mes villes avant que la frontière ne se referme par l’acquisition naturel d’une case.

 

Cordialement,

Trajan